Bussière-Galant en Haute-Vienne - Pays du chataignier

logo du site
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -

Accueil du site > Vie pratique > Transports

Transports

Retrouvez les horaires de la ligne régulière de BUS LIMOGES-SAINT JUNIEN-BUSSIERE GALANT en cliquant sur le lien suivant :

http://www.moohv87.fr/fileadmin/use...

GARE SNCF : Gare de Bussière-Galant HORAIRES DE LA LIGNE 4 : BORDEAUX-LIMOGES http://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/...

Accueil : La gare SNCF dispose d’un bâtiment voyageurs, avec guichet ouvert tous les jours. Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés.

Desserte : Bussière-Galant est desservie par des trains express régionaux TER Limousin de la relation Limoges-Benedictins - Périgueux - Bordeaux-Saint-Jean. La ligne actuelle a perdu un certain nombre de relations, notamment entre Lyon et Bordeaux. La très grande majorité des liaisons présentes sur cette ligne sont des liaisons TER entre Limoges et Périgueux (au rythme de 10 liaisons Limoges-Périgueux et 8 liaisons Périgueux-Limoges), et des liaisons Limoges-Bordeaux (5 TER Limoges-Bordeaux et 6 TER Bordeaux-Limoges). La ligne a fait l’objet d’une modernisation entrant dans le cadre du Plan rail Limousin, avec le renouvellement complet de 10 kilomètres de ligne entre Lafarge et Bussière-Galant. Dans le futur, elle pourrait être électrifiée afin de faire circuler des TGV entre Paris et Périgueux via Limoges à raison de quatre allers-retours par jour.

Situation ferroviaire : Établie à 419 mètres d’altitude, la gare de Bussière-Galant est située au point kilométrique (PK) 438,635 de la ligne de Limoges-Bénédictins à Périgueux, entre les gares de Lafarge et de La Coquille, au PK 491,726 de la ligne de Saillat-sur-Vienne à Bussière-Galant, déclassée, et au PK 438,635 de la ligne de Bussière-Galant à Saint-Yrieix déclassée également.

Bussière-Galant et son passé ferroviaire

Sur la ligne Limoges-Périgueux, Bussière-Galant s’est notablement développé en devenant un nœud ferroviaire avec l’ouverture vers Angoulême par Saillat sur Vienne et vers Brive par St Yrieix le Perche.

La gare de Bussière-Galant a été mise en service le 26 août 1861 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu’elle ouvre à l’exploitation la ligne de Limoges à Périgueux. Le 31 décembre 1880, elle devient une gare de bifurcation en devenant l’un des terminus de la ligne de Saillat-sur-Vienne à Bussière-Galant ouverte à l’exploitation par l’Administration des chemins de fer de l’État. Jusqu’en 1940 trois omnibus par jour transportaient voyageurs et marchandises. Par la suite, seuls des wagons de marchandises circulèrent jusqu’en 1987 date à laquelle la voie fut définitivement fermée. En 1995, le rail renaît avec la création du vélo-rail entre Bussière-Galant et Chalus.

Le 30 juillet 1905, une troisième ligne vient compléter le nœud ferroviaire de Bussière, avec la mise en service de la ligne de Bussière-Galant à Saint-Yrieix par la Compagnie du PO. La fermeture au trafic voyageur est intervenue en 1932 et en 1942 pour le trafic marchandise. Cette ligne a été déposée et les terrains concernés rétrocédés au privé sur la totalité du parcours.

L’infrastructure de la ligne Limoges-Périgueux : Les travaux de la ligne Limoges-Périgueux ont commencés en 1856, se sont terminés en mai 1861. La ligne a été mise en service le 26 août 1861. En 1863, elle a été mise à double voie. Elle constituait à l’époque un maillon important de la ligne de Lyon à Bordeaux comme pour la liaison Paris - Toulouse qui s’effectuait via Périgueux. Le 20 décembre 1875, une partie du trafic en direction de Toulouse a été détournée par la mise en service de la ligne de Nexon à Brive-la-Gaillarde.Aux neuf gares d’origine comprises entre Limoges et Périgueux (Beynac, Nexon, Lafarge, Bussière-Galant, La Coquille, Thiviers, Négrondes, Agonac et Château-l’Évêque7) sont venues s’ajouter ensuite les gares de Mavaleix (sur la commune de Chalais) et de Chancelade, ainsi qu’un arrêt à Ligueux, en rase campagne. En 1962, la deuxième voie a été déposée entre Nexon et Périgueux. D’une longueur de 97 km, cette ligne, non électrifiée, comporte deux voies de Limoges à Nexon et une voie unique de Nexon à Périgueux. Cependant les points de croisements sont nombreux et tous situés dans les gares (Lafarge, Bussière-Galant, La Coquille, Thiviers, Négrondes, Agonac et Château-l’Évêque)12. Son point le plus élevé se situe à un peu plus de 425 m d’altitude, aux abords du point kilométrique 435,6 sur la commune de Bussière-Galant, en limite des bassins versants de l’Isle et de la Vienne.

Panneau gare de Bussière-Galant



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF