Bussière-Galant en Haute-Vienne - Pays du chataignier

logo du site
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -
  • Bussière-Galant en Haute-Vienne -

Accueil du site > Archives > Crise de la grippe aviaire 2015/2016 ET 2016/2017

Crise de la grippe aviaire 2015/2016 ET 2016/2017

Influenza aviaire : risque élevé sur l’ensemble du territoire

Par arrêté du 5 décembre 2016 paru au Journal Officiel du 6 décembre, le ministre chargé de l’agriculture a élevé le niveau de risque en matière d’influenza aviaire hautement pathogène à "élevé" sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Le niveau de risque était précédemment qualifié de "modéré" pour le département de la Haute-Vienne.

Cette élévation du niveau de risque fait suite à la mise en évidence du virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans l’avifaune sauvage et dans des élevages commerciaux de volailles dans le Sud Ouest de la France. La faune sauvage (oiseaux migrateurs) est à l’origine de la transmission de ce virus, particulièrement virulent et doté de grandes capacités de dissémination. Ce virus est en revanche sans danger pour l’homme.

A compter de ce jour, les dispositions suivantes doivent rigoureusement être mises en place dans le département de la Haute-Vienne :
- Chaque détenteur d’oiseaux et de volailles doit surveiller ses oiseaux et déclarer sans délai à son vétérinaire tout comportement anormal, signe de maladie ou mortalité excessive.

- Les volailles et autres oiseaux captifs doivent être claustrés, ou leur protection doit être assurée par des filets. Ces mesures s’appliquent notamment aux basses cours, sans possibilité de dérogation pour ces élevages.

- Les rassemblements d’oiseaux sont interdits, ainsi que le transport et le lâcher du gibier à plumes. Des dérogations exceptionnelles sont possibles, sous réserve du respect de conditions restrictives validées préalablement par l’administration.

Dans toutes les exploitations possédant des volailles et d’autres oiseaux captifs, il convient d’appliquer avec la plus grande rigueur les mesures de biosécurité (accès aux seules personnes autorisées, sas sanitaire, tenue spécifique, ...) afin d’éviter l’introduction et la diffusion de ce virus.

INFLUENZA AVIAIRE : Le recensement en Mairie et le confinement des volailles du 18 avril au 16 mai 2016. Déclatarion et confinement des volailles Influenza aviaire : dispositions applicables aux élevages non commerciaux de volailles en Haute-Vienne (basses-cours notamment)

A la suite de la découverte du virus de l’influenza aviaire hautement pathogène en France dans des élevages avicoles (à ce jour, 76 foyers ont été recensés dans 8 départements du Sud-Ouest de la France, et une zone réglementée a été mise en place dans 18 départements dont la Haute-Vienne), les pouvoirs publics ont décidé la mise en place de mesures exigeantes, permettant à terme d’éradiquer cette maladie. Dans les élevages commerciaux et non commerciaux de la zone réglementée, la stratégie repose sur un dépeuplement progressif des populations d’oies et de canards, suivi d’un vide sanitaire collectif, puis d’un repeuplement dans des conditions de biosécurité renforcées.

Cette stratégie ne sera efficace que si tous les détenteurs de volailles appliquent rigoureusement l’ensemble des mesures, y compris les particuliers qui possèdent une basse-cour. La connaissance précise de ces exploitations non commerciales est un préalable nécessaire à la bonne information des détenteurs d’oiseaux et à l’organisation des visites sanitaires qui seront menées pour s’assurer de la bonne application des mesures édictées.

Comme le prévoit la réglementation en vigueur, tout détenteur d’oiseaux, donc de volailles, a l’obligation de se déclarer auprès du maire de la commune où sont détenus des oiseaux à l’extérieur.

Pendant la période de vide sanitaire collectif allant du 18 avril 2016 au 16 mai 2016, les exploitations non commerciales (dont les basses-cours) doivent maintenir les oiseaux en confinement pour éviter tout contact direct ou indirect avec des oiseaux sauvages ou des oiseaux d’exploitations commerciales. Volailles confinées Enfin, des mesures de biosécurité doivent être appliquées dans toute exploitation non commerciale, afin de prévenir toute introduction ou dissémination du virus. Ces mesures seront d’application obligatoire à compter du 1er juillet 2016 :

-  aucune volaille ou oiseau captif n’entre en contact avec les volailles ou oiseaux captifs d’une exploitation commerciale ;
-  toutes les mesures sont prises pour éviter les contaminations liées aux véhicules, aux autres animaux et aux personnes étrangères à l’exploitation et pour limiter l’accès des bâtiments aux rongeurs, aux insectes et autres nuisibles ;
-  l’approvisionnement en aliments et en eau de boisson est protégé afin d’éviter un accès par les oiseaux sauvages ;
-  la litière neuve est protégée et entreposée à l’abri de l’humidité et de toute contamination, sans contact possible avec des cadavres ;
-  en cas de mortalité anormale, le détenteur contacte un vétérinaire pour une visite de l’exploitation ;
-  les cadavres sont isolés et protégés avant leur enlèvement.

Le succès de cette entreprise collective d’éradication du virus de l’influenza aviaire dépend de l’implication de chacun.

PDF - 1.2 Mo
Document cerfa pour la déclaration des volailles en Mairie


Site réalisé en SPIP pour l'AMRF